Traitement en cours. Patientez...


  Accueil     DDMT     Rallyes     Circuit     Balades     Essais     Galeries     Dossiers     Les Bourrés     Vins     Livre d'or       Inscription  
Sommaire Rallyes  
Rallye du Dourdou 2017
Préparation du 20/07/2017 au 21/07/2017
500 kms

(par Superman le 28/07/2017)

liens & avis
Quand certains terminent leur saison, ou presque, eh bien moi je commence la mienne !

Avant dernier rallye du championnat de France qui en compte huit en tout, le rallye du Dourdou est en quelque sorte mon petit pèlerinage à moi, au sens propre comme au figuré car nous empruntons le chemin de Saint Jacques de Compostelle, facile à reconnaître grâce aux nombreux marcheurs croisés sur la route et aux coquillages dessinés sur les murs des gîtes environnants.



Une fois la petite famille, la moto et les 2 tonnes de matos divers sanglés sur la remorque et bourrés dans la pauvre Clio d’Aude, nous voici débarqués mercredi soir au camping de Villecomtal ou nous rejoignons une bonne partie de la bande à zézette.
Bisous, câlins, c’est pas le tout mais il y a du boulot je vais profiter de mon arrivée un jour plus tôt qu’habituellement pour aller apprendre cette nouvelle spéciale de Golinhac, enfin semi-nouvelle puisque la 2eme moitié de cette spéciale avait déjà été empruntée lors du rallye 2008 auquel je participais.
Sauf qu’en 2008 je n’avais aucune idée de la façon de reconnaitre une spéciale et qu’à part l’épingle au changement de direction je ne reconnais rien du tout.
Mais maintenant je sais apprendre une spéciale et j’ai bien l’intention de connaitre celle-ci par cœur.

recos recos et encore recos !

La deuxième spéciale est celle de Mouret, déjà faite l’an passé (mais nommée Le Loyre !?) et dont je me rappelle fort bien donc le gros du travail se fera sur Golinhac.
Cette spéciale localisée en sous-bois est un peu compliquée à retenir mais après quelques allers et retours en Clio avec mes compères Nico et Satanas je commence à prendre des repères et à en retenir certaines portions.
Jeudi matin nous retournons sur la spéciale de Golinhac en empruntant la liaison de la deuxième boucle de nuit, 14 bornes de mini chevrette qui annoncent la couleur de ce rallye a priori axé sur la navigation car il comporte 6 boucles différentes (2 de nuit et 4 de jour avec un passage dans chaque spéciale par boucle soit 12 spéciales au total).
Bucoliquement Nico et moi reconnaissons la spéciale à pieds tandis que Satanas fait sa feignasse tout seul en Clio, le coin est tellement beau que c’est super agréable même si ça demande beaucoup plus de temps évidemment.
Petit tour par l’autre spéciale et re-belote l’après-midi en compagnie cette fois de notre champion de pote Julien, qui nous donne ses petits conseils lors des reconnaissances.
Pour faire court lui au bout de quelques montées il récite la spéciale dans les deux sens et pendant qu’on en est toujours à mémoriser tous les passages lui repère les trajectoires et l’endroit où il va placer ses roues…OK.

Fignolage

Malgré tout je suis content de moi et le jeudi soir je connais cette nouvelle spéciale à 90%, les 10% restant seront complétés le lendemain matin.
Vendredi matin, après une nuit agitée grâce au père Guéguin et son enceinte de 3 gigawatts qui gueulait à 5m de la tente c’est enfin le jour J.
Je fonce au contrôle administratif récupérer mes numéros et ma plaque (jaune hi hi) et je colle tout ça sur ma jolie MT-07 qui doit passer son contrôle technique à 11h45 pétantes.
Je suis large du coup je profite du temps restant pour retourner dans la spéciale avec les potes avant la fermeture de la route et avant de passer la moto au contrôle technique.
L’après-midi sera consacrée au fignolage de la moto, Steph Guéguin me monte ma nouvelle grosse plaque d’immat’ (obligatoire sous peine de se voir refuser le départ), je mets mon roadbook roulé avec amour par ma petite chérie et je monte mes pneus neufs histoire de partir serein.
Enfin serein c’est un bien grand mot vu que la pluie joue avec nos nerfs depuis notre arrivée, un coup il pleut, un coup il pleut pas, mais l’avantage c’est que je n’ai que mon train de supercorsas ce qui m’évite d’avoir à prendre une décision.
Florian, mon meilleur ennemi qui a cette année chipé la Versys championne de France Rallye 2 de Maxime a lui opté pour les pilot roads, la guerre psychologique a commencé.
Mais le soleil refait son apparition dans l’après-midi et sèche la route même si nous savons pertinemment que la spéciale de Golinhac n’aura pas le temps de sécher entièrement.

bagarre !!

Bon allez Garniaux arrête de raconter ta vie et parle nous un peu de la course nom d’une pipe !
On y va on y va…mais avant un petit point sur les forces en présence.
Cette année les catégories ont changé et la concurrence est plus rude dans ma catégorie puisqu’elle regroupe maintenant les petits bicylindres et les monos, et il y a du beau monde pour jouer avec moi, Maxime l’intouchable, Florian et son arme de guerre, Nico et son supermot’, Sonia et sa Duke et plein d’autres gromonos oranges qui vont vite dans cette nouvelle catégorie nommée Rallye 2.
Du coté des Rallye 1, les « grands garçons » avec les machines les plus puissantes il y a Julien sur une Tuono V4 pretée par Fassou et bien sûr les acteurs du championnat habituels qui vont très vite.
Pour moi l’objectif c’est surtout de finir devant Florian et de monter sur le podium dans ma catégorie, alors en avant.

Night club

21h20 et 30 secondes, je prends le départ de la boucle de reconnaissance (on passe dans les 2 spéciales mais ça ne compte pas pour la course) en compagnie de Florian, si c’est pas génial ça ! surtout que juste devant nous partent Nico et Satanas, un vrai rallye entre potes c’est le top.
On passe donc dans la première spéciale, super flippante car pas vraiment sèche dans les entrées de virages mais séchante en sortie, du coup c’est compliqué de trouver son rythme, on peut mettre la louche en sortie (et encore…) mais il faut se méfier en entrée, d’ailleurs 2 pilotes se mettent au tas direct.
La deuxième est totalement sèche et même s’il fait quasiment nuit je me sens à l’aise donc ça va.
Retour à Villecomtal pour une petite attente de 20min puis nous partons pour de bon, non plus deux par deux mais un par un toutes les 30s, avec Nico devant, Satanas, moi-même et Flo dans l’ordre.



22h29, Cette fois il fait nuit pour de bon et je m’élance de Villecomtal en direction de la spéciale, pas d’attente à l’arrivée et c’est parti pour la course la vraie !!! (Comment ça c’est pas trop tôt ?), je ne suis pas très rassuré dans les premiers enchainements rapides et surtout dans les entrées de virages ou la trajectoire est vraiment mouillée mais comme j’ai bien fait mon travail de reconnaissance j’arrive à anticiper les virages et à garder de la vitesse d’autant que cette année j’ai 2 nouveaux feux à leds Tecnoglobe qui font bien leur boulot dans les virages.
17eme temps en 2’51, à 10s de Julien mais surtout à 5s de Florian !! Il est survolté le livreur de pizza et se paye même le luxe de devancer Maxime.
C’est pas grave, on se vengera dans la spéciale de Mouret… ou pas ! Ce fourbe me colle encore 1s et je prends la 18eme place en 2’03 toujours à 10s du scratch de Ju.
Retour au camping pour la fin de la première boucle, on a droit à 20 minutes d’assistance avant de repartir, Flo est ovationné par la team zézette évidemment mais j’ai pas dit mon dernier mot.
Deuxième boucle, la petite liaison est tendue mais ça va on s’y attendait, nous voici au départ de Golinhac pour la deuxième fois, je finis 16eme à 10s du scratch et à 4 de Flo qui squatte le top 10 en toute insolence…

les touristes dans la pampa

A l’arrivée de la spéciale je l’attends pour voir son chrono et nous repartons ensemble.
Flo me suit car son Vector déconne et il ne peut pas se recaler sur le routier, et à la sortie du village de Golinhac par manque de concentration je loupe une intersection et m’en rends compte 2 kms plus loin, Flo me suit, on fait demi-tour et on reprend la bonne route, je suis enervé et je ne prends pas le temps de recaler mon compteur.
On rattrape Stéphanie Alliot et son compère en Daytona et comme une bourrique je décide de les doubler en espérant trouver le routier sans avoir recalé mon compteur, sauf qu’à ce moment il n’y a pas de repères sur les intersections et que je me retrouve vite paumé avec Flo qui me suivait (lui aussi a été mal inspiré…).
On arrive sur une route nommée « Route de Villecomtal », du coup on décide de tracer jusqu’au CH suivant en priant pour qu’il n’y ait pas de contrôle de passage sur la portion que nous avons loupée.
Mais en arrivant au départ de la spéciale le couperet tombe, il y avait un CP et on va donc écoper d’une énorme pénalité de 3 minutes qui nous plombe le rallye et le moral, je sais que c’est de ma faute et que j’aurais dû me calmer et recaler tranquillement mon Vector en restant derrière Stéphanie mais je suis d’autant plus énervé que j’ai aussi saccagé la course de Florian.
Maigre consolation je reprends une seconde à Florian dans la spéciale en terminant 17eme en 2’03 à 10s de Julien qui continue d’enfumer tout le monde.
Voilà, je suis donc classé 86eme alors que sans ma bourde j’aurais été 15eme et 3eme Rallye 2 de nuit, mais avec des si on met Paris en bouteille comme on dit.
Retour au camp, démontage des phares, changement de roadbook et au dodo à 2h, une longue journée nous attend demain.

ça y est ils ont remis la lumière

Samedi 8h30, j’ai encore un coup au moral mais je suis en forme et il fait beau donc on va tacher de remettre les compteurs à zéro, je me prépare et me présente au départ à 10h et quelques.
Cette fois pas question de faire d’erreur sur le routier et les spéciales vont sécher donc c’est tout bon, en route pour la première boucle de jour longue d’environ 75kms.
Golinhac me voilà, je m’élance dans la spéciale qui n’est pas tout à fait sèche mais bien mieux qu’hier, ça y est ça racle de partout , les bottes, les sliders, enfin on peut mettre du rythme, même si mon pilotage reste un peu haché.
14eme temps en 2’37 à 9s de Julien qui recommence son hold-up, et à 2s de Florian qui ne s’est pas calmé non plus et prend le meilleur temps en catégorie Rallye 2, on fait notre petit routier plus ou moins à 4 avec Flo, Nico et Satanas et je prends vraiment du plaisir à rouler sur ces routes magnifiques, surtout que cette fois je trouve les CP, incroyable ^^.
A Mouret je renverse enfin la tendance en collant 3s à Florian, j’ai roulé en 1’56 ce qui me donne le 15eme temps à 7s de Julien.
A la fin de la première boucle je prends le temps de contrôler mes pneus et m’aperçoit qu’une vilaine grosse vis s’est plantée dans mon pneu arrière.
Ni une ni deux Thomas, Laureen et Seb m’installent une mèche pendant que je déguste les croque-zézette, merci à vous les copains vous avez été au top.

ça passait presque

Deuxième boucle, je repars sans encombre jusqu’à Golinhac, la spéciale a encore un peu seché je commence à rouler plus propre et le résultat suit : 2’34, 11eme temps à 7s de devinez qui et premier en Rallye 2, j’arrive enfin à devancer Flo dans cette spéciale !
A Mouret je continue à rouler plus propre et je gagne 1s, j’en colle 4 à Flo et Max reprend son trône en faisant un super chrono.
Fin de la boucle, je suis provisoirement 12eme au général et 2eme en Rallye 2 derrière Maxime, à la fois content et dépité d’avoir foiré mon étape de nuit, y a plus qu’à se faire plaisir et jouer un classement de jour alors allons y.
Et pour y aller j’y suis allé… dans le fossé !
Première spéciale de la troisième boucle, je pars chaud patate dans Golinhac, j’ai du rythme je le sens du coup j’en remets une petite louche dans le grand droit après la jolie maison, mais là, plein angle avec tout qui frotte , j’ai la sensation que ça va pas passer du coup je prends les freins, la moto se redresse et m’envoie direct dans le talus en stoppie, la roue avant se plante dans le fossé, le cul passe par-dessus, moi aussi et je me retrouve emballé dans mon airbag qui amortit gentiment ma chute…arf ça y est cette fois c’est cuit.



Je fais signe à Flo que tout va bien et aidé par les commissaires je sors la moto et repart jusqu’au point stop après la spéciale, je prends le temps de me poser et de faire l’inventaire des dégats : guidon tordu, tubes de forche itou et un peu de plastique cassé, Hervé Ricord et son mécano tentent gentiment de me redresser tout ça mais en repartant je ne me sens pas de continuer à rouler avec une moto tordue, je décide d’arreter.
Je rentre donc tout penaud au camping, rallye (et moto) pliés à 15h…j’ai connu des moment plus glorieux mais c’était pas mon rallye il faut se faire une raison !
Je passe l’après midi à la cool avec nos super assistants et découvre l’envers du décor, c’est que ça rigole au camping pendant qu’on roule ! Bref une super ambiance qui me permet de retrouver le sourire malgré mes déboires.
A l’issue des 4 boucles de jour Max gagne l’étape en Rallye 2 tandis que Flo prend la 3eme place.
Julien quant à lui emporte le rallye haut la main en gagnant toutes les spéciales du rallye.

Un rallye parfait…sur le papier

C’est l’heure de mon introspection, qu’est ce qu’il faut en retenir alors de ce rallye ?
Sur le papier c’était le rallye parfait, tous les copains étaient la, on roulait ensemble, ça devait passer crème, mais ça ne l’a pas fait.
J’ai pris la navigation un peu à la légère et la facture a été salée, alors que c’est un de mes points forts, ça me servira de leçon.
Pour ce qui est de ma chute, je pense que j’aurais pu l’éviter, si j’avais pas pris les freins si fort plein angle ça pouvait passer mais on ne le saura pas, en tout cas je ne regrette pas d’avoir attaqué, d’autant que cette année j’étais dans le rythme.
Et même si mes classements en spéciale étaient moins bons que ceux de l’an passé je sais que ça n’était dû qu’au fait que le niveau du plateau était plus élevé cette année, à Mouret par exemple j’ai roulé 2s plus vite de nuit et 1s plus vite de jour, et des chronos équivalents me classaient 7eme scratch en 2016 et 14eme en 2017… comme quoi ma conclusion l’an passé était juste, j’étais pas plus rapide, il y avait juste moins d’avions devant moi !
A l’heure où j’écris ces lignes, quelques jours après la course, j’avoue que je rumine toujours un peu et je suis vraiment dégouté d’avoir planté le rallye de Florian à cause de mon erreur, mais j’ai vraiment hâte d’être à Mauves le 9 septembre prochain pour faire tout comme il faut cette fois !!

  

Commentaires
 
Dimitri (28/07/2017)
Mon com...ben vivement Mauves ;)

Sony (29/07/2017)
Beau récit copain! Comme tu l'as dit cétait pas notre rallye. Rdv a Mauves et ça va chier ma poule!! la bise à la famille!!

Anonyme (31/07/2017)
Toujours aussi sympa, realiste, sincère et marrant ! Bravo Ben malgré tout !


 
Noter l'article (35 votes)

 

Haut de la page
contact : MotoZ